• Post category:Non classé

Google lance un vaste programme de formation des TPE et PME à l’utilisation des différents outils de publicité gratuits et payants fournis par la firme.

Découverte des outils de Google

Ce lundi 25 mars 2013 n’était pas « une première » en France pour Google contrairement à ce qui a pu être dit ailleurs. En effet, fort du succès rencontré l’an passé en Région PACA, après avoir permis à 20 000 entreprises de la région PACA de rencontrer 12 coachs Google, l’entreprise a décidé d’accentuer sa présence dans les petites entreprises en étendant son programme de formation auprès de 100 000 PME et TPE françaises.

Un premier évènement à Lille

Dans le Nord-Pas-de-Calais, à Lille précisément, l’entreprise organisait des rencontres entre entreprises et experts Google. L’objectif de cette rencontre visait à faire découvrir aux acteurs du tissu économique local, les différentes solutions de référencement offertes par Google.

Des outils de référencement gratuits et payants

Au programme de cette journée étaient concoctées les présentations de :

Google Place (Google Adress ou map) accompagnées de la solution de publicité spécialement adressée aux entreprises locales « Adwords Express » (liens commerciaux présents dans les résultats de Google Map), le réseau social Google + (l’équivalent de Facebook, mais chez Google), la solution de publicité en ligne Google Adwords (liens commerciaux présents dans les résultats de Google) et bien sûr les différentes solutions de travail collaboratif accessibles sur le Cloud de Google (logiciels et données hébergées à distance, voir même aux US…).

Google Adwords (en jaune)

Google Adwords Express (en bleu)

Google map (en image)

Un diagnostic référencement gratuit

En prime, si vous étiez présent à cette rencontre, vous pouviez même bénéficier d’un diagnostic référencement gratuit réalisé par un coach certifié par Google. Vous pouvez aussi consulter l’annuaire des spécialistes Adwords agréés par Google en Poitou-Charentes et ailleurs (qui ne sont pas de coachs Google).

Que penser de tout cela ?

On peut imaginer que la guerre concurrentielle que se livrent les anciennes Pages Jaunes (devenues Solocal Group depuis quelques semaines) et l’entreprise Google s’accentue, mais je pense qu’il s’agit là d’une ambition bien plus grande de Google qui dépasse largement le seul marché de la géolocalisation commerciale. Google chercherez-t-il à rendre les TPE et PME dépendantes à ses services ? Je pense que c’est déjà le cas pour bon nombre d’entre elles qui sont présentes sur la toile. Qu’adviendra-t-il le jour où toutes les entreprises paieront pour être présentes sur Google ? Peut-être une surenchère ? Les frais de publicité sur Google deviendraient alors si élevés qu’ils amèneraient inexorablement les annonceurs à choisir d’autres canaux de publicités plus rentables. Un retour vers les bons vieux prospectus ? Non, ils auront bien trouvé autre chose d’ici là.

Que pensez-vous des outils de Google ?

Cet article a 10 commentaires

  1. Sandrine

    Bien sur qu’a l’avenir tout sera payant, c’est déjà le cas avec google shopping qui viens de passer payant ce mois-ci , je pense que c’est en préparation pour google addresses.J’ai enregistré un site avec adresse physique au mois de décembre, après avoir reçu le code pour validation j’ai vu pendant trois mois  » merci d’être patient » et depuis la semaine dernière plus rien juste un lien qui me propose de me rendre sur google adwords express ( si ça c’est pas de la vente forcée). En conclusion: paye et ton site sera sur google addresses, le coup de la formation n’est évidemment pas innocent on amène les toute petites PME qui ne connaissent même pas google à s’enregistrer pour mieux les croquer plus tard.
    Voila ce que je pense des outils google !!! Le tout payant est en route et comme d’habitude ce sont justement les PME qui trinquent.

  2. Depuis 10 ans, la vie sur internet, notamment en France, est dictée par Google. Nous avons du mal à imaginer un monde sans Google voir sans Facebook alors que d’autres pays se montrent plus résistants et que les américains eux-mêmes mettent déjà en place des systèmes alternatifs tels que The Fancy, Pinterest, Etsy… Il faut présenter ces nouveaux paradigmes aux petites entreprises et leur expliquer qu’elles ont d’autres choix que Google, Facebook et les Pages Jaunes.

    Google est un monde saturé d’information (mille milliards d’URL uniques à partir de 2008). Même si la firme fait beaucoup d’efforts pour aider les petites entreprises depuis plusieurs années, ces dernières ne sont pas dupes et savent que la place en première page est de plus en plus rare (donc chère).

    Internet a la faculté de profiter des avancées technologiques pour se réinventer. Avec l’arrivée des smartphones, de nouveaux usages ont vu le jour. Il est devenu plus facile de créer du contenu et de partager instantanément ses textes, ses images et ses vidéos avec ses amis, collègues ou clients sur Facebook, LinkedIn ou Twitter. Le modèle change, dernièrement, deux quotidiens titraient “Face à Google, les applications géolocalisées peuvent encore gagner la bataille du mobile” ou “Les jeunes préfèrent Tumblr à Facebook”.

    Cela fait plusieurs mois que TechnoConseil France, en partenariat avec Oxygène Communication pour son savoir-faire en marketing digital et eBusiness Information pour son expertise dans le domaine des nouvelles technologies et du développement d’applications mobiles travaille sur le projet “OpenDataShop”. Ce projet offre de nouvelles perspectives aux petites entreprises en terme de Social Local Mobile (SoLoMo). Ce projet prévoit aussi de développer des partenariats locaux avec des entreprises spécialisées, par exemple, dans le développement d’applications mobiles ou de mobilier urbain connecté.

    L’objectif est de permettre aux TPE, commerçants, artisans de créer très simplement du contenu via une application mobile et de le partager automatiquement avec les plateformes web (ex. Google), sociales (ex. Facebook, Google+, Twitter, LinkedIn, Viadéo…) et mobiles du moment.

    Le principe fondamental de l’OpenDataShop est “d’ouvrir” les données des TPE/PME selon le principe de l’Open Data et ainsi de rendre leurs informations disponibles pour l’internet fixe, l’internet mobile et l’internet connecté (smart city, objets connectées…).

    1. Sandrine

      Bonjour,

      Très bonne analyse, il y a un mot qui fait plaisir à lire : France. Je pense qu’il doit être très difficile pour nos entreprises françaises de concurrencer le géant américain. J’ai découvert il y a peu Qwant qui apparemment est français mais index toutes les pages des réseaux sociaux,j’ai l’impression que l’on tourne en rond.

      @mitié

    2. Merci pour votre riche commentaire. Cependant , j’ai cherché des infos sur l’OpenDataShop mais je n’ai rien trouvé… Pouvez-vous nous donner un complément d’info ?

      1. Sandrine

        j’ai trouvé quelque chose en cherchant TechnoConseil France je pense que ça doit être ça.
        Quand au géant si tu le plaque bien bas plus de différences de taille ou de poids, il tombe ! 🙂

        1. Pour débuter , il faudrait arrêter d’utiliser Google Chrome ou IE comme navigateur… mais ce n’est pas gagné.

          1. Sandrine

            j’utilise le renard, mais pas français non plus, je viens d’avoir une idée je vais créer mon navigateur made in France ça fera plaisir à Arnaud.
            Bonne soirée.

      2. Bonjour l’OpenDataShop est le nom du projet (le concept), le nom commercial n’est pas le même mais on en reparlera plus tard quand la première version de l’application sera prête 🙂 Le concept prévoit des partenariats locaux (le Lo de SoLoMo pour faire court). Merci pour vos réactions positives… J’attends le navigateur made in France avec impatience 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu